Doulon Gohards: ville et agriculture

Conseil métropolitain du 16 décembre 2016
Intervention de Jean-Claude Lemasson,
Maire de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu, vice-président de Nantes Métropole


Madame la présidente, cher-e-s collègues,

Le secteur de Doulon-Gohards est un projet métropolitain qui a vocation à devenir un nouveau quartier de notre métropole, un espace de vie et de nature. A l’horizon 2035, Doulon-Gohards offrira un programme d’environ 2700 logements diversifiés à prix maîtrisés, dont 25 % de logements sociaux et 30% dédiés à l’accession abordable. Ce quartier répondra à la diversité des besoins de ses habitants et participera à lutter contre l’étalement urbain. Lire la suite de « Doulon Gohards: ville et agriculture »

Le pacte métropolitain d’innovation

Conseil métropolitain du 16 décembre 2016
Intervention de Jean-Claude Lemasson,
Maire de Saint-Aignan de Grand Lieu , vice-président de Nantes Métropole


Madame la présidente, cher-e-s collègues,

Notre métropole est un territoire d’actions, d’innovation, un laboratoire d’initiatives. La création du nouveau marché d’intérêt national et notre projet alimentaire de territoire, en sont les preuves. Et, cet engagement en faveur de l’économie de demain est largement reconnu au niveau national. Par son soutien financier à la construction du MIN et à l’élaboration du Projet Alimentaire Territorial, l’État encourage le développement, d’une agriculture innovante, dynamique et économiquement viable, à la fois pour les producteurs et les consommateurs sur notre territoire et au-delà de ces limites. Lire la suite de « Le pacte métropolitain d’innovation »

Validation de l’inventaire des zones humides et des cours d’eau de la métropole nantaise

Intervention de Jean-Claude Lemasson, Maire de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu vice-président de Nantes Métropole
Conseil métropolitain du 19 octobre 2015


Madame la présidente, chèr-e-s collègues,

Sur le territoire de Nantes Métropole, nous menons une politique ambitieuse en matière de protection, de restauration et de mise en valeur des milieux aquatiques, ce, tout en maintenant nos objectifs de développement urbain, tant dans les domaines de l’habitat que des zones d’activité économique. L’inventaire de nos zones humides participe à cet objectif.
Et je tiens d’ailleurs à féliciter le travail des services qui ont participé à ce projet.

J’avais déjà évoqué, l’an passé, certaines de nos opérations immobilières qui ont pu s’effectuer tout en préservant les cours d’eau adjacents. Je pense, en particulier, à l’éco-quartier Bottière-Chénaie bordé des Gohards, ruisseau longtemps oublié, que nous avons rendu à la ville et remis en eau.

L’inventaire des zones humides nous offre une connaissance plus précise de notre territoire, ce afin que nos aménagement s’intègrent au mieux dans notre environnement.
En répertoriant les zones humides, nous disposons d’un outil permettant d’anticiper les problématiques liées à nos projets futurs. Car, derrières nos projets urbains, il y a la question du logement, de la densification urbaine, mais aussi de l’emploi, ne l’oublions pas ! En effet, il existe des possibilités permettant de réduire l’impact de l’aménagement du périmètre ou de compenser la surface menacée.

Madame la présidente, chèr-e-s collègues, les 9.500 hectares de zones humides qui ponctuent notre territoire représentent une richesse écologique et patrimoniale que nous devons préserver, c’est un fait. Et, notre politique en matière d’urbanisme est la preuve par l’exemple, jour après jour, de cet attachement à notre trame verte et bleue, que l’inventaire des zones humides et haies nous permet de maitriser précisément.

De plus, en matière d’amélioration de la vie aquatique, notre bilan est positif et nos projets à venir contribueront à faire de notre métropole une cité qui vie et qui respire, grâce à ses espaces naturels, forestiers ou aquatiques.

Ce cadre que nous préservons, au quotidien, est une richesse que nous avons reçue en héritage et que nous saurons transmettre aux générations futures. Et, il me semble que, grâce à cet inventaire des zones humides décliné dans chacun de nos PLU, nous trouvons un équilibre entre ce qui nous entoure et nos projets urbains et économiques. Aussi, comme les autres élus du groupe socialiste, radical, républicain et démocrate, je voterai en faveur de ce projet de délibération.

Madame la présidente, chèr-e-s collègues,
Je vous remercie.