Nantes Métropole

Le territoire métropolitain

Territoire urbain et rural de 52.336 hectares de la Loire estuarienne, la métropole est composée de vingt quatre communes, de tailles et de populations différentes, hier comme aujourd’hui.

Basse-Goulaine, Bouaye, Bouguenais, Brains, Carquefou, Couëron, Indre, La Chapelle sur Erdre, La Montagne, Le Pellerin, Les Sorinières, Mauves sur Loire, Nantes, Orvault, Rezé, Saint-Aignan-de-Grand-Lieu,  Saint-Herblain, Saint-Jean-de-Boiseau, Saint-Léger les-Vignes, Sainte-Luce-sur-Loire, Saint-Sébastien-sur-Loire, Sautron, Thouaré-sur-Loire, Vertou, villes riches par leurs histoires et leurs diversités, elles partagent un destin commun et forment collectivement le dessein de vivre dans une éco-métropole durable et solidaire.

Nantes Métropole compte plus de 600.000 habitants et devrait compter à l’horizon 2030, plus de 100.000 nouveaux, dont 87.000 issus de notre excédent naturel.

La métropole est une cité ouverte, grâce à son fleuve et ses cours d’eau, à ses espaces verts et ses forêts urbaines. Et, cette trame verte et bleue, que nous voulons léguer  aux générations futures, participe, au quotidien, à ce dialogue constant entre notre histoire et notre avenir.

nantes métropole carte

Construction de l’intercommunalité nantaise

Le développement de notre agglomération est redevable des outils de coopération intercommunale créés et utilisés depuis le début du siècle dernier.

Groupement de communes, associations, syndicats intercommunaux, district, communauté urbaine ont permis des investissements structurants pour l’attractivité du territoire, le déploiement de grands services publics dans toutes les communes, et désormais le fait métropolitain.

  • 1925 : Premier projet – non abouti – de syndicat de communes de l’agglomération nantaise.
  • 1931 : Première réalisation intercommunale, avec le transfert des abattoirs de Nantes, vers le site de Pont Rousseau, commune de Rezé.

Malgré une volonté constatée des maires de Nantes et des villes l’entourant, la seconde guerre mondiale et les années noires de l’occupation, l’immédiate après-guerre et la nécessité de reconstruction, il faudra attendre le début des années 1960 pour voir l’idée de coopération intercommunale revenir au cœur des préoccupations…

  • 1961 : Établissement d’un groupe d’urbanisme de 15 communes, dont Nantes, Bouguenais, Carquefou, La Chapelle-sur-Erdre, Couëron, Indre, La Montagne, Orvault, Saint-Sébastien-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire, Treillières et Vertou.
  • 1967 : Première structure de coopération intercommunale, l’Association Communautaire de la Région Nantaise (ACRN) regroupe 36 communes du bassin de vie.
  • 1973 : Création du Syndicat Intercommunal de la Voirie Rapide de l’Agglomération Nantaise (SIVRAN), outil de mise en œuvre de l’actuel périphérique.
  • 1975 : Constitution, par 9 communes de l’agglomération, du Syndicat Intercommunal des Transports de l’Agglomération Nantaise (SITPAN).
  • 1979 : Création de la Société d’Economie Mixte des Transports en commun de l’Agglomération Nantaise (SEMITAN).
  • 1982 : Création du Syndicat Intercommunal à vocation multiple de l’Agglomération Nantaise (SIMAN) par 19 communes.
  • 1985 : En janvier, mise en service de la première ligne de tramway entre les stations Haluchere et Bellevue.
  • 1989 : Suite aux élections municipales de mars, les élus de l’agglomération se dotent d’un projet commun renforçant le rôle et l’action du SIMAN.
  • 1992 : Le District de l’agglomération nantaise est créé, il regroupe 20 communes (21 en 1995) et s’organise comme structure intercommunale à fiscalité propre.
  • 2001 : L’agglomération nantaise devient une communauté urbaine de 21 puis rapidement de 24 communes. Établissement Public à Fiscalité propre, la C.U assume un certain nombre de compétences dites obligatoires et définies par la loi, et d’autres appelées facultatives, décidées par ses membres, les délégués communautaires.
  • 2014 : Préfigurant la métropolisation, le conseil communautaire de décembre adopte « Un nouveau pacte métropolitain pour une nouvelle ambition communautaire ».
  • 2015 : La communauté urbaine devient une Métropole de plein exercice.

Organisation institutionnelle et politique de la métropole

La Métropole est présidée par Johanna Rolland, maire de Nantes, qui préside et met en œuvre les décisions des instances délibérantes que sont le conseil métropolitain et le Bureau.

Elle est accompagnée de vingt vice-président-e-s (membres du conseil) qui disposent d’une délégation et qui contribuent à l’établissement et au suivi des politiques publiques de la métropole.

Le conseil métropolitain est constitué de 97 membres élus au suffrage universel direct. Chaque commune disposant d’un nombre de délégués calculé en fonction de l’importance de sa population. Chaque conseiller-e est membre de deux commissions permanentes thématiques.

Le conseil est présidé par Johanna Rolland et se réunit au moins 4 fois par an. C’est dans cette instance que sont décidées l’ensemble des politiques publiques de la responsabilité de la Métropole.

Il s’organise politiquement autour:

  • D’un intergroupe majoritaire « Pour un développement durable et solidaire de notre métropole » de soixante six membres, dont l’appartenance politique se décline de la manière suivante : Socialiste, Radical, Républicain et Démocrate (44 élus), Verts et Citoyens (15 élus), Communistes (7 élus)
  • D’un groupe minoritaire, appelé  « Union du Centre et de la Droite », de trente et un élu-e-s.

Le bureau est l’autre instance délibérante de Nantes Métropole. Il est formé de la présidente, des 20 vice-président-e-s et de membres supplémentaires, désignés par le Conseil métropolitain. Il se réunit régulièrement au cours de l’année.

La Conférence des Maires réunit les 24 premier-e-s édiles des communes de la métropole. Lieu de réflexion et d’échanges du quotidien des territoires comme des grands projets structurants, par sa composition et ses débats, elle participe aussi à la bonne gouvernance de notre métropole.

Des compétences et politiques publiques de la responsabilité de Nantes Métropole

La Métropole facilite le quotidien de ses habitants et organise l’ensemble des grands projets structurants du territoire, via les thématiques suivantes :

  • Aménagement, Solidarité, Proximité

Foncier / Projets et aménagements urbains / Plan local d’urbanisme métropolitain / Contrat de co-développement / SCOT / Dialogue citoyen / Politique de la ville / Habitat et logements / Handicap / Gens du voyage / Voirie / Réseaux / Espace public / Archéologie / Proximité / Cimetières et crématoriums…

  • Attractivité et développement

Attractivité internationale / Europe / Tourisme / Attractivité métropolitaine / Grands équipements / Enseignement supérieur et recherche / Innovation / Entreprises / Emploi / Economie Sociale et Solidaire / Sport de haut niveau…

  • Environnement

Transition énergétiques / Agenda 21 / Plan climat / Forêt urbaine / Qualité des eaux / Rives de Loire / Aménagement des cours d’eau des espaces naturels et des sites dégradés à vocation de loisirs / Inventaire des zones humides / Agriculture / Refuges d’animaux / Risques et pollutions…

  • Grands Services Urbains

Cycle de l’eau / Réseaux de chaleur / Energie / Déchets / Production et distribution et d’électricité et de gaz…

  • Mobilités

Déplacements / Transports collectifs / Modes doux de circulation / Transports scolaires / Circulation / Sécurité routière / Stationnement / Ports…

Organisation territoriale de la métropole : une priorité, la proximité !

Afin d’être présent, au quotidien sur l’ensemble du territoire, Nantes Métropole s’est doté d’un dispositif novateur : les pôles de proximité.

Ils sont le lien direct avec les élu-es des 24 communes et leurs services, mais aussi un relais technique efficace et conséquent des services de la métropole auprès des habitants.

Les sept pôles assurent des missions d’aménagement et d’entretien de l’espace public, de développement urbain, de développement économique et d’assainissement.

De manière pratique, chacun peut contacter ou se rendre au pole pour obtenir un renseignement, déposer une requête, rencontrer un agent de la collectivité. Une réponse est toujours au rendez-vous.

Enfin, et pour organiser au mieux la vie quotidienne et territoriale, chaque pôle est doté d’une commission locale, composée des maires et des élus municipaux concernés, du directeur et d’agents du pôle. Celle-ci se réunit régulièrement.

Celles et ceux qui travaillent pour les habitant-e-s de la Métropole

Pour mettre en œuvre leurs décisions et faire fonctionner la collectivité, Les élu-es de la Métropole s’appuient sur plus de 3 300 agents permanents, issus principalement des filières techniques et administratives.

La diversité des métiers (environ 110) exercés par les agents de Nantes Métropole va de l’égoutier à l’ingénieur, en passant par l’agent de nettoiement, l’urbaniste, l’assistant-e ou bien la/le juriste. Et cette énumération n’est pas exhaustive…