Une nouvelle ambition pour le logement social

Conseil métropolitain du 13 octobre 2017
Intervention de Pascal Pras, Maire de Saint-Jean-de-Boiseau,
Vice-président de Nantes métropole


Madame la présidente, cher-e-s collègues,

En adoptant le principe de la mutualisation de la construction des nouveaux logements sociaux dans notre métropole, nous avons réaffirmé notre conviction que l’habitat était au cœur de notre destin métropolitain, autant que le résultat de notre histoire de cohésion sociale et d’accueil.

B logement social Lire la suite de « Une nouvelle ambition pour le logement social »

VOEU EN FAVEUR D’UNE CONSTRUCTION DE LOGEMENT SOCIAL AMBITIEUSE POUR LES HABITANTS DE LA METROPOLE

Près de 10 millions de Françaises et de Français sont logés aujourd’hui dans le parc social. Dans notre métropole, ce sont près de 100 000 habitants, près d’un habitant sur 5, et nous savons que près de 75 % de la population pourrait prétendre à un logement social au regard de ses revenus. Dans le même temps,
40 000 familles de la métropole vivent sous le seuil de pauvreté et nous comptons 28 000 demandeurs de logements sociaux sur les listes d’attente. Lire la suite de « VOEU EN FAVEUR D’UNE CONSTRUCTION DE LOGEMENT SOCIAL AMBITIEUSE POUR LES HABITANTS DE LA METROPOLE »

PLH: le logement, priorité de notre mandat

Intervention de Michèle Gressus, maire de Bouguenais, vice-présidente de Nantes métropole
Conseil métropolitain du 17 octobre 2016

Seul le prononcé fait foi


Madame la présidente, cher-e-s collègues,

Le bilan du plan local de l’habitat – le dernier de la période 2010-2015, est positif et correspond aux objectifs que nous nous étions fixés, au cours du précédent mandat. Comme l’emploi et le développement économique, nous apportons au logement une attention particulière. Nous devons, en effet, répondre à l’accroissement constant du nombre d’habitants de notre métropole. Lire la suite de « PLH: le logement, priorité de notre mandat »

Habitat participatif: vivre autrement la ville

Intervention de Dominique Duclos, conseiller métropolitain, adjoint au maire de BouguenaisConseil métropolitain du 26 février 2016


Madame la présidente, chèr-e-s collègues,

L’habitat participatif n’est pas un simple logement. Au contraire, il réinvente l’habitat, l’inscrit dans un cadre collectif, partagé et solidaire, intégrant même des équipements, des espaces ou des services communs. Il permet d’habiter autrement, en ville.

Ce mode d’habitat alternatif, et qui implique les futurs occupants tant dans la conception des logements (avec l’auto-construction) que dans leur gestion future, s’inscrit parfaitement dans notre projet d’une métropole solidaire, porteur de valeurs d’échanges et d’entraide.

Et, à Bouguenais, l’habitat participatif est déjà une réalité…

Avec ce projet de délibération, une dizaine de sites seront proposés afin d’expérimenter un programme d’habitat participatif, en auto-production ou via un opérateur, sur les communes de Rezé, Bouguenais et Nantes.
Et je ne doute pas que d’autres nous rejoindront, dans cette démarche innovante et solidaire.

En rendant ce mode d’habitat accessible au plus grand nombre, ces initiatives que nous accompagnons aujourd’hui s’inscrivent bien dans le cadre de notre politique de

logement abordable portée par la Métropole. D’ailleurs, je nous le rappelle, selon leur importance, les programmes pourront aussi intégrer un volet locatif social, en location-accession via le PSLA, comme des logements en accession libre.

Pour cette raison, les bailleurs sociaux, les coopératives, les entreprises de l’économie sociale et solidaire seront largement impliquées dans cette démarche. Elles apporteront leur savoir faire, leur capacité à innover et à accompagner des collectifs d’habitants, ce, à toutes les étapes d’avancement des projets.

Car l’habitat participatif n’est surtout pas un vase clos, ni un phalanstère, ni une utopie sociale. Il est une réalité, née d’une envie d’échanges et de partages des savoirs. Il est résolument participatif. Il permet la rencontre de personnes d’origines différentes, quelque soit leur âge, leur milieu social, et leur mode de vie.

Madame la présidente, chèr-e-s collègues, avec l’ensemble des élus du groupe socialiste, radical, républicain et démocrate, je me réjouis de cette reconnaissance de l’habitat participatif comme un moyen de production de logements abordables.

L’habitat participatif s’inscrit bien dans notre action quotidienne en faveur de la mixité et du renforcement du lien social. Il rappelle qu’un quartier n’est pas un dortoir, il est un lieu de vie, un lieu d’échanges et de rencontres. Il peut être un lieu des solidarités du quotidien, au même titre que la famille ou les amis.

Pour ces raisons, j’invite l’ensemble des élus de ce conseil à se prononcer en faveur de ce projet de délibération, qui rappelle que notre métropole est décidément bien une cité d’initiatives, en faveur du bien-vivre-ensemble.

Madame la présidente, chèr-e-s collègues, je vous remercie

Seul le prononcé fait foi.

PLH: des objectifs forts en matière d’habitat!

Intervention de Claudine Chevallereau, Maire de Mauves-sur-Loire
Conseil métropolitain du 26 février 2016


Madame la présidente, chèr-e-s collègues,

Aujourd’hui, 70% de la population aurait droit à être logée dans le parc social, si elle en faisait la demande. Malgré nos efforts, la demande de logements sociaux continue pourtant d’augmenter : aujourd’hui 27600 ménages sont inscrits sur les listes d’attente dans la métropole. Et il manque, 11 000 logements dans le parc actuel pour répondre à la totalité des besoins. Ces chiffres montrent que nous devons poursuivre, encore plus volontairement, nos actions en matière de construction de logement social.

Nous devons répondre, en effet, aux besoins de la population déjà présente dans le territoire. Et, pour maintenir le nombre d’habitants de l’agglomération : nous devons continuer à produire des logements. Mais nous devons aussi anticiper les nouveaux besoins liés à notre croissance démographique, en accueillant, d’ici à 2030, 75 000 nouveaux habitants, dont 90 % issus des naissances ayant lieu sur notre territoire.

Et nous nous en donnons les moyens, avec ce projet de délibération, visant à modifier notre plan local de l’habitat, et, notamment, à mutualiser la construction des logements sociaux.

C’est, j’en suis convaincue, une démarche pertinente et positive pour notre métropole, à même d’améliorer les conditions d’habitat des métropolitains, ce, quelle que soit la commune où ils résident.

Avec cette délibération, nous affichons des objectifs plus forts qu’auparavant pour une ambition métropolitaine réaffirmée: 6000 nouveaux logements, dont 2000 logements sociaux, et 1300 logements abordables par an. Ces objectifs sont la traduction concrète de nos engagements de campagne : une métropole facile juste et solidaire.

Madame la présidente, chèr-e-s collègues, la mutualisation ne veut pas dire que la construction des logements sociaux ne serait réservée qu’à une poignée de communes.

Ainsi, certaines villes, comme Mauves-sur-Loire, ont souhaité s’inscrire dans cette démarche, quand bien même la Loi SRU les y aurait dispensées.

Dans ma commune, nous nous engageons à construire 35 % de logements sociaux, alors que notre démographie nous dispense de respecter le taux de 25 % de logements sociaux, en application de la loi SRU. C’est un effort considérable pour nous Malviens, mais indispensable pour soutenir l’effort métropolitain.

Il est en effet important , à Mauves, aussi, de disposer de logements sociaux, comme réponse aux demandes de mes concitoyens, mais aussi, de celles et ceux qui souhaitent profiter d’un cadre de vie autre, et pourtant bien métropolitain.

De plus, notre participation à cette démarche de mutualisation s’inscrit dans une vision solidaire et partagée en matière de logement dans notre métropole. Une métropole solidaire, c’est aussi un territoire où chaque commune participe, dans le respect la loi SRU, à un aménagement cohérent de son territoire, attaché à la mixité sociale.

C’est important, car, la construction de logements sociaux nécessite la mise en œuvre de nouveaux services et entraîne donc des coûts supplémentaires pour nos communes.

Madame la présidente, chèr-e-s collègues, en matière de logements, notre métropole a déjà fait beaucoup. Mais il reste encore du chemin à faire pour répondre aux besoins particuliers de chacune et de chacun.

Le rôle de Nantes Métropole, notre tâche d’élu-e-s métropolitaines, est de permettre des réponses concrètes aux besoins présents et à venir des habitants, quelle que soit leur situation, ce, pour garantir un véritable parcours résidentiel à l’échelle de la cité, de notre métropole.

Et oui, ce projet de délibération y contribue. C’est pourquoi, comme l’ensemble des élus du groupe socialiste, radical, républicain et démocrate, je voterai en sa faveur.

Madame la présidente, chèr-e-s collègues, je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi

Habitat : vivre pleinement sa ville

Au même titre que l’accès à l’emploi, la question du logement est une priorité des élus de notre métropole. Car nous devrons répondre à un enjeu majeur à l’horizon 2030 : garantir un logement à 100.000 habitants supplémentaires. C’est pour cette raison que nous menons une politique de l’habitat ambitieuse et volontaire, qui répond aux défis économiques, sociaux et environnementaux des temps présents et à venir, à l’image de ce que l’on attend d’une Capitale verte de l’Europe. Lire la suite de « Habitat : vivre pleinement sa ville »