Le prochain PDU devra trouver les solutions d’une mobilité durable!

Claudine Chevallereau, maire de Mauves-sur-Loire, vice-présidente de Nantes Métropole
Conseil métropolitain du 17 octobre 2016
Seule prononcé fait foi


Madame la présidente, cher-e-s collègues,

La révision du plan de déplacement urbain s’inscrit dans la poursuite de la dynamique engagée par notre métropole, depuis plus de 30 ans, pour une mobilité durable et apaisée dans nos 24 communes. Lire la suite de « Le prochain PDU devra trouver les solutions d’une mobilité durable! »

Plan vélo: se déplacer autrement dans la métropole

Intervention de Karine Daniel, adjointe au maire de Nantes, conseillère métropolitaine
Conseil métropolitain du 26 février 2016


Madame la présidente, mes chèr-e-s collègues,

Avec ce plan vélo pour la période 2015-2020, nous souhaitons franchir une nouvelle étape et encourager davantage sa pratique auprès des habitants de la métropole. Il convient en effet de poursuivre notre engagement et nos actions, déjà reconnus et récompensés au niveau international, comme l’atteste l’accueil du congrès mondial du vélo en 2015, Velocity. Nous devons notamment rendre les aménagements cyclables plus sécurisés, ce, afin de lever certaines appréhensions que l’on pourrait encore avoir.

Le plan vélo 2015-2020, et les 50 millions d’euros qui lui sont alloués, doit rendre la ville plus facile pour les cyclistes et s’inscrit dans notre action volontaire pour une moindre production de carbone sur le territoire métropolitain! Le vélo peut également apporter de la liberté, de l’autonomie, un élément crucial pour accéder aux services essentiels que sont la santé, l’emploi et l’éducation. Il est un élément clé pour notre nouveau modèle de société. Le vélo peut être utilisé pour tous nos déplacements domicile-travail, loisir et même pour travailler.

L’ensemble des initiatives que nous prenons avec ce plan contribue au partage de l’espace public et ainsi à l’apaisement général des circulations dans le centre-agglomération et des autres centralités de la métropole.

Car, là où se concentrent les écoles, les commerces et les services, on doit pouvoir se déplacer à pied, à vélo ou en transport en commun, rapidement, facilement et en toute sécurité. C’est ce que nous appelons la « ville des courtes distances ».

Aussi, le confort et la sécurité de nos 500 kilomètres d’aménagements cyclables seront améliorés. Nous continuerons également de développer notre réseau d’axes structurants dans la centralité, avec le prolongement de l’axe Nord-Sud. Les 200km supplémentaires d’aménagement cyclables et le réseau express intercommunal permettront d’assurer la performance des déplacements à vélo, sur des distances plus importantes.

En développant l’éco-mobilité scolaire, les parents seront encouragés à accompagner leurs enfants à vélo, à pied ou encore en trottinette à l’école. Toutes les initiatives seront les bienvenues et l’animation aura un rôle important. Car, au delà de l’objectif d’apaiser la circulation aux abords des écoles maternelles et primaires, c’est aussi donner l’envie à nos enfants et aussi à nous-mêmes de continuer la pratique du vélo à tout moment.

De même, nous continuerons d’aménager de nouveaux tronçons de la Loire à Vélo, en lien avec les orientations du débat Loire. Car, il s’agit notamment de renforcer l’attractivité de l’itinéraire en le rapprochant davantage, sur certains tronçons, de notre fleuve. Ce sera, j’en suis convaincue, une nouvelle porte d’entrée pour celles et ceux qui souhaitent visiter notre cité. Mais aussi, un nouveau prétexte de ballades et de découvertes pour les habitants de notre métropole. Le parcours la Loire à Vélo est bien un atout pour notre politique touristique et donc, un vecteur d’emplois nouveaux pour notre territoire.

Par ailleurs, ce plan prévoit la création d’une nouvelle offre de stationnement vélo sécurisé en lien avec le réseau TAN, et le développent de bicycletterie, encouragement supplémentaire à la pratique du vélo. Les bicycletteries, en pied d’immeubles permettront d’augmenter durablement les possibilités de stationnement. Et c’est une bonne nouvelle. Celles-ci viendront compléter les autres dispositifs, notamment, 6000 appuis-vélos, près de 1300 places vélos abritées et 1000 places en Véloparcs, notamment en P+R.

Enfin, un nouveau marché de vélo en libre service à l’horizon 2017, le lancement d’une nouvelle offre de location Vélo Longue Durée et le renforcement des aides financières à la mobilité durable permettront de soutenir celles et ceux qui aspirent, ponctuellement, ou durablement, à se déplacer, à vélo, au quotidien.

Mais nous n’oublions pas les dispositifs d’aide à l’équipement. Nous prévoyons, en particulier, une aide à l’achat de vélos à assistance électriques et vélos cargos ou triporteurs. Là aussi, une autre manière de se déplacer en ville, de travailler et de transporter enfants ou courses, sans carburant et sur des distances raisonnables.

Madame la présidente, chèr-e-s collègues, le développement des modes actifs de mobilité n’est pas seulement une affaire d’infrastructures. C’est aussi une autre manière de penser nos déplacements, et de pérenniser cette spécificité nantaise où la conduite de chacun permet à l’autre de circuler en toute sérénité dans l’espace public.

Notre plan vélo doit ainsi contribuer, au quotidien, à faire de nos déplacements un acte responsable et contribuant à une meilleure qualité de vie dans notre éco-métropole. L’usage du vélo, chèr-e-s collègues, redessine la forme de nos villes, et contribue à l’organisation de rapports sociaux alternatifs, plus solidaires, plus attentifs à l’autre.

C’est pourquoi, j’appelle l’ensemble des élus du conseil métropolitain à voter en faveur de ce projet de délibération.

Madame la présidente, chèr-e-s collègues, je vous remercie.